fbpx

Regarder au loin, au bord du vide

Quitte à plonger, faisons-le avec panache !

Lionel Quarroz

Responsable stratégie

La crise tend vers la fin. Toutefois, tout n’est pas réglé et certains de nos avenirs sont toujours incertains. Être à la tête d’une entreprise, c’est regarder au loin, prévoir et agir sur le futur. Être à la tête d’une entreprise, c’est aussi craindre chacune des allocutions d’Alain Berset et se demander si l’optimisme, ça se trie dans la poubelle jaune ou la verte.

Et pour cause, les deux sont difficilement compatibles. Chaque mois, voire semaine, la situation change. Rien n’est acquis, tout est sujet à négociation. Cela devient pesant quand il s’agit de prendre des décisions qui auront un impact uniquement dans 6, 12, voire 36 mois !

Dans ces cas-là, la passivité peut vite nous tendre les bras, de peur de faire une erreur. Le problème, c’est qu’attendre, ne rien faire, c’est prendre une décision, embrasser une stratégie. Ne rien faire dans une période de calme, c’est partir sur le déclin. Je ne pense pas que ce soit l’histoire la plus classe à raconter à notre descendance dans 10 ans.

« On avait beaucoup de pression et on n’était pas sûr à 100% d’où on allait. Du coup on a attendu que ça passe. Qui l’eût cru que ça nous mènerait à la faillite ? »

Faire les bons choix en temps de crise, c’est plus facile à dire qu’à faire. Je rédige moi-même cet article pour me rassurer, me rebooster et me rappeler à quel point cette période est charnière. Évitons l’affront de répéter une énième fois que « crise » en japonais signifie opportunité et je ne sais quoi. Savoir le sens d’un mot, c’est bien sympa pour se la péter au coin du bar. Mais comme ceux-ci sont fermés, il peut être plus intéressant de savoir le mettre en pratique.

Face à un problème, on décompte trois solutions : l’accepter, le changer, ou le fuir. Certaines entreprises sont peu touchées par la crise actuelle et peuvent se contenter de l’accepter. Si vous lisez cet article jusqu’ici, c’est que ce n’est probablement pas votre cas, et que vous ne souhaitez pas fuir. Par déduction, la dernière option est alors le changement.

 

Accepter le changement

Changer… Comme si on avait besoin d’un stress en plus. Le changement est effrayant. C’est normal. Autorisez-vous le temps nécessaire pour l’accepter, l’assimiler.

Remémorez-vous la vision de votre entreprise, la raison principale pour laquelle vous proposez votre produit ou votre service. Il est rare que la pandémie (ou un autre problème) modifie l’élément central de la raison d’être de votre entreprise.

Garder le noyau de votre business en tête, et séparez ainsi ce qui est essentiel et non-négociable, de ce qui peut changer. Cet élément en tête, vous êtes prêts pour la suite.

 

Accepter la chance, et valoriser les décisions

Il est facile de croire que ce qu’il s’est passé était le seul chemin possible. Souvent, on oublie l’impact de nos actions et de la chance sur le présent. Car oui, même s’il est difficile de l’accepter, la chance fait partie intégrante du succès ou non d’une entreprise. Vous ne me croyez pas ?

Prenez une heure pour refaire l’histoire de votre entreprise, ses milestones, ses succès et ses échecs. En vous basant sur les faits, dessinez sa frise du temps. Pour chaque étape, imaginez les autres décisions qui auraient pu être prises, ou autres directions qui auraient pu être choisies. Comment cela affecterait le présent ? Observez comme l’état de votre entreprise aujourd’hui est ce qu’il est grâce à la chance, et aux décisions que vous avez prises pour elle.

 Maintenant, pensez au futur, à court, moyen et long terme. Ajoutez une dizaine d’étapes et racontez la suite de l’histoire de votre entreprise, sans être trop pessimiste ou optimise. Faites 3 parcours différents. Encore une fois, remarquez l’importance des choix et de la chance dans le résultat. Vous remarquerez plusieurs éléments…

Premièrement, pour progresser, l’action et la réaction sont nécessaires. Ensuite, les évènements extrêmement pessimistes et graves impacteront très gravement votre entreprise. Ils auront raison de vous dans tous les cas et seront très difficilement contrôlables. Il n’est, par conséquent, pas nécessaires de les prendre en compte dans vos décisions.

Enfin, l’air de rien, vous venez de réaliser une analyse des risques de votre entreprise. Au-delà d’être un outil puissant pour optimiser vos (ré)actions et améliorer vos chances de succès, elle peut vous vous aider à mieux identifier les opportunités. À lister quelque chose, on a tendance à davantage penser l’inverse par la suite.

Chercher les opportunités et oser avancer

Servez-vous de ces opportunités pour modifier la direction de la barque. Encore une fois, au-delà des compétences, c’est la chance qui va jouer un grand rôle. Si vous avez les ressources pour, réalisez un « double pari » et mettez en place deux projets à la fois. Regardez-les se développer et sélectionnez le plus prometteur.

Continuez à investir de l’énergie (temps et/ou argent) dans l’entreprise et son développement (marque, produit, modèle d’affaire). Le monde continue de tourner avec, ou sans vous.

Les plus belles histoires sont celles qui ont cicatrisées sur notre peau. Alors osons nous écorcher et raconter plus tard à nos enfants un récit dont nous serons fier… !

Crédits photos : Unsplash

Conseils lecture

Thinking, fast and slow
Daniel Kahneman
2011

LE livre pour comprendre le fonctionnement (et les dysfonctionnements) de la pensée. Étant très fan des biais cognitifs, et des entraves que nous met notre cerveau, vous le retrouverez dans beaucoup des mes billets. Un must-read.

Managing the Unknown
Christophe H. Loch, Arnoud DeMeyer & Michael Pich
2006

Vous trouverez un guide extrêmement complet sur la gestion des risques : la comprendre, la mettre en pratique et en tirer des conclusions. Vous tirerez davantage d’outils de ce livre si vous êtes responsable d’une entreprise de grande ampleur. Cependant, toutes personnes qui a déjà de bonnes bases en gestion de risque et qui souhaite en savoir plus peut en retirer beaucoup.

Data-Driven Project Manager
Mario Vanhoucke
2018

On parle souvent de l’instinct du manager, de sa capacité à voir les bonnes opportunités au bon moment. Ce livre nous rappelle à quel point les données, tant internes qu’externes, sont des indicateurs essentiels à prendre en compte pour piloter une entreprise. Une bonne base de mathématiques est conseillée pour comprendre s’approprier les modèles proposés.

Das Pinguin-Prinzip
John Kotter
2017

Il existe beaucoup d’ouvrages sur le changement en entreprise. Celui-ci, en omettant le côté rebutant que peut avoir l’allemand, est particulièrement bien rédigé. Les notions théoriques sont exemplifiées via un conte. Cela rend la lecture plus fluide et l’appropriation plus simple.

The Upside
Adrian J. Slywotzky & Karl Weber
2007

Ce livre est une réponse quasi-direct à celui de Kahneman également présent dans cette liste. Ce premier livre insiste sur l’importance de la chance dans le succès. Alors que celui-ci l’accepte, et offre des stratégies pour utiliser le hasard à notre avantage. Il est l’un livres de stratégie les plus accessibles que j’aie pu lire, tout en étant diaboliquement efficace.

Your Next Five Moves
Patrick Bet-David
2020

Ma lecture du moment. Bien que ce livre ressemble en plusieurs points aux bestsellers écrits par des « self-made men » à la qualité de contenu très faible, celui contient de bonnes pistes pour qui souhaite comprendre les bases de la pensée stratégique.

Pixel © 2020 – Design: Shadya Emery, Octane communication